Vous êtes ici : Accueil > la vie des classes > 2013-2014 > L’ESPACE DES CE2 de M. GOMEZ > Second projet avec le CORIF : les chauves-souris
Publié : 23 mai 2014

Second projet avec le CORIF : les chauves-souris

Les chauves-souris
 
Aubin, animateur du CORIF, est venu nous voir le mardi 20 mai 2014 pour nous parler des chauves-souris.
Dans un premier temps nous avons rappelé le travail effectué avec Lucille, lors de notre premier projet avec le CORIF en décembre sur les corridors écologiques.
A cette occasion nous avions décidé à l’aide d’un vote de travailler en fin d’année sur les chauves-souris.
 
La première partie de la matinée a consisté en un visionnage d’un diaporama afin de faire mieux connaissances avec ces petits animaux nocturnes.
 
Pendant longtemps les gens ont eu peur des chauves-souris parce que c’est un animal qui vit la nuit ou dans les endroits sombres, c’est donc un peu mystérieux et ça fait un peu peur, comme les hiboux, les chouettes qui ont fait peur longtemps… De plus il y a cette légende du vampire Dracula qui se transformait en chauve-souris… En Chine au contraire ça porte chance. Preuve que leur image change, il y a depuis eu un super héros chauve-souris : Batman !
La chauve-souris a même inspiré des inventions aux hommes : pour les premiers ancêtres de l’avion (1890), puis pour l’invention du sonar (1915).
 
La chauve-souris est le seul mammifère qui peut voler.
 

 
Dans ce but, elle se sert de sa main pour voler puisqu’elle n’a pas de plumes ; des membranes relient les « doigts ».
 

 
Elles ont des pieds inversés et se reposent donc la tête en bas.
 
On a retrouvé des fossiles qui nous permettent de savoir qu’on trouvait déjà des chauves-souris il y a 55 millions d’années.
Il y a 200 espèces de chauves-souris dans le monde, 34 en France et 18 en Ile de France.
En France on n’en trouve que des petites qui se nourrissent d’insectes mais de grandes existent dans les zones tropicales ; celles-ci mangent des fruits tropicaux parfois même en journée.
 
Les chauves-souris n’ont pas une très bonne vue ; pour chasser, elles envoient des ultrasons (des sons que nous, nous n’entendons pas) en criant souvent. Lorsque ces cris rencontrent quelque chose et lui reviennent elle peut identifier les distances, vitesses et directions de ses proies.
En une seule nuit elle peut manger jusqu’à 3000 moustiques… !

 
Elles ont des abris différents en été et en hiver en fonction des températures :

 
Elles ont un cycle de vie un peu particulier :
- d’avril à octobre : élevage des jeunes, les chauves-souris femelles gardent leurs petits accrochés sur elles dans la journée. La nuit, elles forment une colonie avec toutes les femelles ensemble et elles se relaient : certaines vont chasser pendant que d’autres gardent tous les petits ;
- en octobre c’est la saison des amours : elles se reproduisent ;
- de novembre à avril elles hibernent et vivent au ralenti, dans un endroit entre 0 et 10°, baissent leur rythme cardiaque à 10 coups par minute (autour de 90 pour les enfants de CE2) et s’endorment plus ou moins en mettant leurs ailes autour d’elles comme un manteau, une couverture. Elles vivent comme ça sans se nourrir sur les réserves de graisses constituées à la belle saison. Il ne faut surtout pas les réveiller en hiver parce qu’elles usent alors énormément d’énergie et peuvent même en mourir. Le dérangement en hiver a décimé des colonies entières.
 
Il y en a d’ailleurs beaucoup moins de chauves-souris en France qu’il y a 50 ans bien qu’elles soient protégées. Essentiellement par manque d’insectes suite à l’intensité de l’usage des insecticides. De plus, en hiver elles dorment souvent dans des arbres creux, mais ceux-ci sont fréquemment abattus et elles manquent alors d’abris. On peut les aider en leur fabriquant des nichoirs. Cela va justement être l’activité de la deuxième partie de la matinée…
 
La construction de gites pour chauves-souris
 
Nous allons construire quatre nichoirs pour pipistrelles, ce sont des petites chauves-souris qui vivent très serrées. Le nichoir peut accueillir une colonie d’une vingtaine à trentaine de pipistrelles. La planche intérieure est rainurée pour que les chauves-souris puissent s’accrocher.
On les installera par exemple sur un arbre, à 2-3 mètres de hauteur à l’abri de prédateurs comme les chats.
On va se servir de colle, de marteaux…

 
Après avoir déballé les éléments du kit, nous avons essayé de les placer au bon endroit sans coller ni clouer… Personne n’a vraiment réussi dans un tout premier temps mais quand on a compris que le papier inclus dans le paquet était un mode d’emploi ça a été un peu plus simple…
Aubin a tout de même tout réexpliqué puis sorti colle à bois, marteau et petits clous… Un vrai bricolage de grand nous attendait !
 

 
Malgré les explications, de nombreuses pointes ont mis beaucoup de mauvaise volonté à rester droites quand on tapait dessus, une quantité non négligeable a d’ailleurs dû être jetée une fois irrémédiablement tordue, des planches ne voulaient pas tenir ensemble, la colle tenait parfois plus aux doigts qu’au bois mais dans l’ensemble les élèves ne se sont pas découragés et au final tous les groupes ont réussi à fabriquer leur nichoir !
Tous les élèves ont beaucoup apprécié cette matinée, merci Aubin !
 
 
Photos des travaux à consulter ci-dessous...
 

Documents joints