Vous êtes ici : Accueil > la vie des classes > 2013-2014 > L’ESPACE DES CE2 de M. GOMEZ > Le projet avec le CORIF
Publié : 6 décembre 2013

Le projet avec le CORIF

INTERVENTION DU CORIF
(Centre Ornithologique D’Ile de France)
 
Résumé construit à l’oral par les élèves de la classe.
 
1ère séance : on a fait des maquettes, on a parlé des animaux qui doivent : se nourrir, se reproduire et pour cela se déplacer. Ils ont donc besoin de corridors écologiques.
Les humains ont eux besoin de magasins, surtout pour acheter à manger, dormir dans un chez-soi, souvent d’aller travailler ; et pour ça ils doivent se déplacer (à pied, en voiture, en train, en vélo)
 
2ème séance : on est sorti dans la nature. On a ramassé des graines. C’est ce que la plante fait pour se reproduire. On a vu qu’il y a différentes graines, de différentes formes ou tailles et on a regardé comment elles se déplacent selon leur forme, leur poids… Les oiseaux en déplacent certaines, d’autres avec le vent où l’eau quand elles flottent. On a observé le paysage et on l’a dessiné pour remarquer des barrières écologiques (qui empêchent les animaux de se déplacer) ou au contraire les corridors écologiques (qui permettent aux animaux de se déplacer).
 
3ème séance : on est sorti dans la nature. On a observé des oiseaux avec des jumelles : la pie bavarde, le goéland, le pigeon, un corbeau et des corneilles. Il y avait un atelier sur les petites bêtes : araignées (à 8 pattes), les coccinelles (à 6 pattes), limace, pince-oreille, mille-pattes, escargots… Un autre atelier était d’observer des traces d’animaux. Au troisième atelier on ramassait des feuilles d’arbre (pommier, poirier, chêne, marronnier). On a même vu un cerf avec ses bois sur la tête et une biche. A la fin de la séance on a fait un petit jeu, on avait une pancarte avec un nom d’animal ou de plante autour du cou et on s’attachait ensemble pour représenter des chaines alimentaires (écureuil avec noisettes parce qu’il les mange…) et on a vu qu’on a tous besoin des uns des autres parce que quand il y en a un qui disparaît ça touche tous les autres.
 
4ème séance :
Sur des maquettes il y avait plusieurs barrières écologiques, on devait inventer des moyens pour les traverser :
- un champ
- une route
- une ville
- une rivière
- une voie de chemin de fer
 
Plusieurs solutions ont été testées sur les maquettes et des moyens ont été proposés : des ponts, des tunnels, des espaces verts, des nichoirs, des arbres…
A la fin de ce travail, chaque groupe a expliqué à la classe ce qu’il avait imaginé.
 
 
En conclusion finale de ce projet, chaque enfant a expliqué l’activité qu’il avait préférée sur l’ensemble du projet. Maquettes et sorties dans la nature ont beaucoup plu, sans même parler de la chance que nous avons eue en apercevant un cerf !
 
C’était un projet très intéressant, merci Lucille !
 

Documents joints